Chang Hui-ching

Chang Hui-ching (張惠菁) est née en 1971 à Taipei avant de grandir dans le comté d’Yilan, sur la côte nord-est de Taïwan. De retour d’Écosse, où elle a suivi un programme de doctorat en histoire à l’université d’Édimbourg, et suite à la parution de deux recueils de ses nouvelles Aversion pour le froid (1999) et Le matin de la fin du monde (2000), elle se consacre essentiellement à l’écriture de sanwen, des textes en prose très courts basés sur des impressions personnelles, dont elle publie une dizaine de recueils entre 1998 et 2019. Après plusieurs années passées en Chine, Chang Hui-ching revient à Taïwan en 2017 et s’installe à Taipei, où elle vit actuellement.

La nouvelle « La ville de verre » (玻璃城), traduite par Matthieu Kolatte et ses étudiants, est présentée dans le numéro 10 de la revue Jentayu. Un entretien avec l’autrice figure également sur le site des Éditions Jentayu.

Une réponse à “Chang Hui-ching

  1. Pingback: Jentayu (10) | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s