Bai Xianyong, Pai Hsien-yung ou Kenneth Pai ?

Présenter 白先勇 à un public francophone, c’est d’abord buter sur son nom. Oh! Son nom chinois n’est pas en cause – il est blanc comme neige. En outre, il est relativement facile à prononcer, même pour des sinophones néophytes. Mais l’absence, à Taiwan, de système officiel de transcription en alphabet romain des caractères chinois, à quoi s’ajoute l’habitude prise d’adopter un prénom anglais pour ses rapports avec le monde occidental, complique singulièrement la promotion des écrivains locaux.

BaixianyongautographeAinsi, Pai Hsien-yung est la graphie adoptée par l’auteur lui-même, selon la romanisation du chinois mandarin Wade-Giles, un système créé au milieu du 19e s. par Thomas Wade et modifié par Herbert Giles dans son dictionnaire datant de 1912. Aux Etats-Unis, où il vit de façon quasi permanente depuis 1963, l’auteur de Gens de Taipei et de Garçons de cristal est connu comme Kenneth Pai.

Toutefois, ses éditeurs français ont choisi la romanisation pinyin, système officiel de la Chine populaire et aujourd’hui largement employé dans le monde. Dans les pays francophones, on écrira donc plus volontiers Bai Xianyong, ne serait-ce que pour faciliter les recherches bibliographiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s