Chou Chin-po

bc

Né en 1920 à Keelung, Chou Chin-po (周金波) passe les premières années de sa vie à Tokyo, au Japon (alors considéré comme la métropole, Taïwan étant une colonie nippone), où son père étudie. La capitale impériale ayant été frappé en 1923 par le séisme ravageur de Kanto, la famille revient à Taiwan l’année suivante. L’enfant est scolarisé à Taoyuan, puis à Keelung. En 1933, Chou Chin-po repart à Tokyo pour suivre les cours du lycée affilié à l’Université du Japon (Université Nihon), établissement privé d’enseignement supérieur où il suit ensuite un cursus en médecine dentaire. Pendant son séjour au Japon, il participe au groupe élitiste d’appréciation du théâtre Shichiyokai (七曜會) fondé par Sawada Mikiko (澤田美喜子). Diplômé en 1941, il retourne bientôt à Taiwan pour reprendre le cabinet dentaire de son père. Dans le même temps, ses écrits sont publiés par Bungei Taiwan (文藝台灣), journal littéraire publié dans l’île entre 1940 et 1944 sous la houlette de l’écrivain japonais Nishikawa Mitsuru (西川満, 1908-1998). C’est le cas en 1942 de sa nouvelle « Le Volontaire » qui raconte la quête de deux jeunes Taïwanais désireux de devenir de véritables Japonais. L’année suivante, Chou Chin-po participe à la Deuxième conférence des écrivains d’Asie de l’Est où il théorise le mouvement de la littérature kominka (ou littérature encourageant à devenir des sujets impériaux). Il écrit par la suite plusieurs autres nouvelles exaltant les valeurs de modernité liées au Japon, par opposition à un Taïwan retardataire, mais montrant aussi la complexité du processus de japonisation pour les individus. En 1945, après la capitulation japonaise, il fait momentanément partie de la Ligue de la jeunesse des Trois principes du peuple, organe lié au Kuomintang, mais il est arrêté en 1946. Il change de patronyme mais est à nouveau emprisonné à plusieurs reprises lors de la répression suivant l’Incident du 28 février 1947 (son frère est tué lors de ces massacres). En 1953, il crée un club de théâtre et donnera pendant longtemps des conférences littéraires. Il meurt en 1996.

2 réponses à “Chou Chin-po

  1. Pingback: Littérature taïwanaise au temps du Japon : une soirée multilingue et animée | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  2. Pingback: Le Petit Bourg aux papayers : Taïwan en formation | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s