Un trait d’esprit, deux traits de pinceau

9789869328456Auteur : Ivan Gros

Titre chinois : 《版畫,狂想》
幸福文化 Happiness Cultural , 2016
ISBN : 9789869328456

Extraits de l’introduction :

« Un trait d’esprit, qu’est-ce que c’est au juste ? Quel rapport y a-t-il entre une association d’idées brillante et un tracé subtil ? Le rapport est analogique probablement. L’esprit paraît aussi rapide que le pinceau semble prompt. On apprécie la vivacité d’esprit comme on admire la vigeur du pinceau. C’est dans ce sens que Roland Barthes définit aussi le haïku comme un trait.
Ce rapprochement entre trait d’esprit et trait de pinceau ne surprendra peut-être pas un artiste de culture chinoise (ou japonaise) puisque, dans sa tradition, peinture, poésie et calligraphie souvent se confondent pour former un seul et même art. Mais pour moi, c’est plus surprenant. Non seulement le trait colle au réel mais il colle aussi à l’idée. Il ne se contente pas de figurer analogiquement le monde, il transpose les combinaisons insolites que l’imagination découvre.  (…)

Trait de pinceau, trait de crayon, je retrouve cela bien sûr dans la gravure au trait, mais également dans la technique de l’aquatinte, propre aussi à l’eau-forte, qui n’est pas qu’un simple procédé secondaire de mise en relief puisque je complique souvent les applats par des effets crayonnés. Les croquis préliminaires et les quatre séries de gravures que je présente dans ce livre, toutes réalisées à Taiwan – les神的怪手, les 39 marches à l’ombre, les 33 tours, les 40 voleurs à la petite semaine – sont les produits d’une même recette : pour creuser la plaque, acide et pointe sèche ; pour lier les pigments à la matière grise, un peu de white-spirit et une pointe d’esprit de finesse. »

Sur l’auteur :

Ivan Gros (葛尹風) a enseigné dans plusieurs parties du monde. En France bien sûr, mais aussi en Espagne, en Arabie Saoudite et finalement à Taiwan. Ses recherches l’ont mené dans plusieurs directions qui débordent le cadre de l’université. Ses productions prennent plusieurs formes : production universitaire (articles académiques), journalisme (radio et presse écrite) et la création artistique (expositions et illustrations). En réalité tous ces travaux communiquent par delà les frontières académiques et forment une seule et même recherche.

Une réponse à “Un trait d’esprit, deux traits de pinceau

  1. Pingback: Sous le sapin, Taïwan | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s