Wuhe

wuheDe son vrai nom Chen Kuo-cheng [陳國城], Wuhe [舞鶴], nom de plume signifiant littéralement “la Grue qui danse”, est né en 1951 à Chiayi, dans le sud de Taïwan. A 18 ans, il perd sa mère. Diplômé de chinois de l’université Cheng Kung, il est révélé en 1974 avec son premier récit L’Automne des pivoines [牡丹秋]. Après un service militaire tardif, qu’il achève en 1981, il vit reclus pendant dix ans à Tamsui, dans le nord de l’île, années pendant lesquelles il se consacre complètement à l’écriture, avec plusieurs récits – notamment Exhumation [拾骨] et Mon deuxième frère, le déserteur [逃兵二哥] – qui ne sont publiés qu’après son « retour au monde » en 1991. Les Survivants [餘生], publié en 1999, et Tristesse [悲傷], en 2001, ont obtenu de nombreux prix littéraires. D’un style très novateur, son oeuvre est considérée comme l’une des plus marquantes du Taïwan contemporain. Chacun de ses textes interroge l’histoire de Taïwan, la langue et l’évolution du monde, avec un intérêt marqué pour les minorités, ethniques, sexuelles, ou sociales. Sa nouvelle « Le Cri déchirant du déchireur »《撕人撕歌》, traduite par Emmanuelle Péchenart, a été publiée dans le numéro hors-série de la revue Jentayu consacré à Taïwan.

A lire sur Lettres de Taïwan :  « Les leçons de survie de Wuhe »

2 réponses à “Wuhe

  1. Pingback: Les survivants | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  2. Pingback: Jentayu (hors-série n°1) : Taïwan | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s