Yin Ling

Yin Ling (尹玲) est née à My Tho, au Vietnam. Elle fait paraître ses poèmes dans des journaux dès l’âge de 16 ans, puis se réfugie à Taïwan pour y continuer ses études. Elle gagne Paris en 1979. Son appétit de voyage, son tropisme vers le raffinement spécialement culinaire, l’ironie froide de sa poésie marquent une distance prise devant d’insupportables meurtres, que les médias rapportent constamment à sa mémoire. Elle a pu écrire sous les pseudonymes de He Yinling et He Jinlan. Titulaire d’un doctorat en littérature chinoise aux universités de Taïwan et Paris 7, elle a publié deux recueils de vers (Quand la nuit éclate comme une fleur et La colombe furtive), des monographies (Sociologie de la littérature, Su Dongpo et Qin Shaoyou, Poètes et poèmes des 5 dynasties) et des traductions (Zazie dans le métro de Raymond Queneau et Le testament français d’Andreï Makine). Elle étudie actuellement les théories littéraires françaises et la littérature comparée chinoise et vietnamienne.

Trois de ses poèmes traduits en français ont été publiés dans le numéro 9 de la revue Jentayu, laquelle a également publié sur son site un entretien avec Yin Ling.

Une réponse à “Yin Ling

  1. Pingback: Jentayu (9) | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s