Yang Mu

yang-muNé en 1940 à Hualien, à l’est de Taïwan, Yang Mu [楊牧] est diplômé d’un doctorat de littérature comparée de l’Université de Berkeley, en Californie. Écrivant les premières années sous le nom de plume de Yeh San [葉珊], il n’a pris le nom de Yang Mu qu’en 1972 et a alors radicalement transformé son écriture. Longtemps résident aux États-Unis, il s’attache à créer des poèmes de style classique et aux tournures gracieuses, mettant l’accent sur la profondeur, l’intemporalité et les rythmes de la nature. Parmi ses nombreux recueils publiés à ce jour, l’un d’eux a été traduit en français : « Quelqu’un m’interroge à propos de la vérité et de la justice« . Son poème « Sakura, Sakor » 《佐倉. 薩孤肋》, traduit par Sandrine Marchand, a en outre été publié dans le numéro hors-série consacré à Taïwan par la revue Jentayu.

2 réponses à “Yang Mu

  1. Pingback: Jentayu (hors-série n°1) : Taïwan | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  2. Pingback: A Paris, un automne de littérature taïwanaise | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s