Wu Ming-yi

WuMingYiWu Ming-yi [吳明益], né en 1971 à Taoyuan, dans le nord de Taiwan, est tout à la fois professeur de lettres – il enseigne depuis 2003 à l’Université nationale Dong Hwa, à Hualien –, peintre, photographe et militant écologiste. Son principal métier, toutefois, est écrivain. Il est remarqué dans les années 90 avec des nouvelles dont plusieurs sont primées par des magazines littéraires réputés. Spécialiste des papillons, il se consacre bientôt à des écrits sur la nature (ou nature writing, dans la tradition américaine), des ouvrages qu’il illustre de ses propres dessins et photographies et qui lui assurent une certaine notoriété. En 2006, il entreprend l’écriture d’un livre consacré aux cours d’eau et aux côtes de Taiwan, ainsi que d’un premier roman, Les Lignes de navigation du sommeil. Il a depuis publié notamment L’homme aux yeux à facettes, dont la traduction française est parue en 2014, et un recueil de nouvelles, Le Magicien sur la passerelle, dont la traduction française est parue en février 2017.

A lire également :

– La lecture critique des Lignes de navigation du sommeil : « Dans l’enchevêtrement des mémoires et des rêves »

« Traduire Wu Ming-yi : entretien avec Gwennaël Gaffric »

13 réponses à “Wu Ming-yi

  1. Pingback: Les lignes de navigation du sommeil, dans l’enchevêtrement des mémoires et des rêves | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  2. Pingback: Traduire Wu Ming-yi : entretien avec Gwennaël Gaffric | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  3. Pingback: Sur les traces de Wu Ming-yi dans l’ancien marché Chunghwa, à Taipei | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  4. Pingback: Les lignes de navigation du sommeil | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  5. Pingback: L’homme aux yeux à facettes | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  6. Pingback: L’homme aux yeux à facettes, prix du livre insulaire 2014 | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  7. Pingback: L’homme aux yeux à facettes, prix du livre insulaire 2014 | Club Marque-page·

  8. Pingback: Wu Ming-yi : la crise écologique au fond des yeux | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  9. Pingback: Jentayu (1) | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  10. Pingback: « La prodigieuse histoire du bol de riz au lard  de Kan Yao-ming | «Lettres de Taïwan 台灣文學·

  11. Pingback: Taipei – Histoires au coin de la rue | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  12. Pingback: Le Magicien sur la passerelle : génération réenchantée | Lettres de Taïwan 台灣文學·

  13. Pingback: Début juin à l’heure de Taïwan ! | Lettres de Taïwan 台灣文學·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s